Ministère de la Santé: Le projet de budget 2022 s’élève à 98 milliards de FCFA

C’est accompagné de plusieurs membres de son cabinet que le Professeur Benjamin Hounkpatin, ministre de la Santé a planché, le mardi 23 novembre 2021, devant la Commission budgétaire de l’Assemblée Nationale en ce qui concerne la prévision budgétaire de son département ministériel pour l’année 2022.

Roland Achille DIDE

Opérationnalisation des réformes et renforcement des ressources humaines, tels sont les deux axes majeurs qui caractérisent le projet de budget 2022 au niveau du secteur de la santé. C’est un ministre de la Santé très optimiste et volontariste qui a présenté la quintessence de cette prévision budgétaire aux députés membres de la Commission du budget de l’Assemblée Nationale. Les dépenses annoncées pour le secteur de la santé, au titre de l’année 2022, se chiffrent à 98.100.000.000  FCFA soit une augmentation 6,7% par rapport à l’année 2021. Pour le professeur Benjamin Hounkpatin, cet accroissement met en relief les ambitions légitimes de son département ministériel et surtout une volonté manifeste de renforcer les efforts autour des leviers nécessaires au rayonnement du secteur.

Ainsi, 2022 sera une année charnière en matière d’accélération de l’implémentation des réformes au niveau du ministère de la Santé. Il en sera de même en ce qui concerne les recrutements massifs et le renforcement des capacités du personnel de la santé, la construction et la réhabilitation des infrastructures sanitaires avec des plateaux techniques adéquats. L’achèvement des travaux de construction du Centre Hospitalier Universitaire de Référence est aussi une priorité absolue.

Le chef du département de la santé a expliqué également aux membres de la Commission, la volonté du gouvernement, dans le cadre de la gestion de la pandémie de la COVID-19, de construire des centres d’épidémies à Parakou, Lokossa, Porto-Novo et Abomey en plus de ceux d’Abomey-Calavi et de Natitingou.

L’Exécutif envisage aussi de construire des laboratoires P3 outillées pour faire des diagnostics pointus et détecter les virus circulant sur le territoire. De la présentation du professeur Benjamin Hounkpatin, on retient aussi que l’Etat a prévu, au titre de l’année 2022, la prise en charge des maladies prioritaires telles que les hépatites, la tuberculose, le VIH, ainsi que la mise en œuvre du volet « Assurance maladie » du projet ARCH sans oublier le renforcement du dispositif de transfusion sanguine. Plusieurs autres investissements massifs à fort impact social sont prévus pour le secteur de la santé.

Les députés présents à la séance n’ont pas manqué de poser des questions pour mieux cerner les contours des projets et programmes contenus dans cette prévision budgétaire. Véritablement satisfait de leurs intérêts, le ministre de la santé les a rassuré de l’entière disponibilité du Gouvernement à tout mettre en œuvre pour assurer des soins de qualité aux populations.

Partager sur
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *